Archive for ‘Constructeur’

mai 23rd, 2013

Innovation Dassault

Petit retour sur l’innovation de Dassault alors que s’ouvre le salon de Genève et que l’avioneur devrait bientôt également annoncer quelques nouveautés. Dans les années 1960-1970, les Avions Marcel Dassault, connus pour leurs avions d’armes (Ouragan, Mystère, Mirage, Étendard, Alphajet, Jaguar et Rafale), lancent une gamme de jets d’affaires avec les Mystère 10 et 20. Pour faciliter l’exportation, les appareils sont rebaptisés par la suite Falcon, avec plusieurs modèles du 20 au 2000 en passant par les 50 et 900, avec des biréacteurs et des triréacteurs. Le dernier-né est le Falcon 7X, un triréacteur. Son premier vol remonte à mai 2005, deux ans avant sa certification américaine (FAA) et européenne. La principale innovation technologique du 7X réside dans les commandes de vol. Avec le savoir-faire acquis notamment sur les Mirage 2000, Dassault Aviation a été le premier constructeur au monde à proposer un jet d’affaires équipé de commandes de vol électriques (CDVE). Celles-ci remplacent les commandes traditionnelles, diminuant la masse à vide et offrant une sécurité avec des limitations du domaine de vol assurées par les calculateurs de bord. Le vol est plus sûr. Autre innovation, la conception du 7X via une plateforme virtuelle, permettant à de nombreux ingénieurs de travailler simultanément sur la cellule en utilisant de puissants logiciels, dont Catia de Dassault Systèmes. Par rapport aux autres Falcon, le 7X est le seul à être livré avec des winglets aux extrémités de voilure. Dassault Aviation a retenu pour le cockpit le système EASY (Enhanced Avionics System), destiné à faciliter la tâche de l’équipage avec de nombreuses assistances. Les commandes électriques ont été généralisées chez Dassault, notamment sur les avions de chasse, mais aussi sur les gros porteurs Airbus et Boeing. Aujourd’hui presque tous les avions bénéficient de tels équipements dès lors qu’ils ont une certaine taille et puissance. Source : vol en avion de chasse.

juillet 4th, 2012

Airbus construira du Made in the USA

Airbus a annoncé lundi l’installation de sa première usine d’assemblage d’avions aux Etats-Unis, effectuant une entrée fracassante dans la production sur le premier marché mondial de l’aviation et surtout sur les terres de son grand rival Boeing. Premier acte stratégique majeur de Fabrice Brégier un mois après son arrivée à la tête d’Airbus, l’installation de cette usine à Mobile (Alabama), permettra à l’avionneur européen de se rapprocher des compagnies américaines et de renforcer la présence de sa maison-mère EADS dans le pays. Airbus, qui dispose déjà depuis trois ans d’un site d’assemblage à Tianjin, en Chine, prévoit de lancer durant l’été 2013 la construction des nouvelles installations américaines, qui devraient démarrer leur activité en 2015 et livrer leurs premiers avions, des monocouloirs A320, en 2016. L’objectif est d’atteindre d’ici 2018 une production annuelle de 40 à 50 avions aux Etats-Unis. Ce projet de 600 millions de dollars (474 millions d’euros) permettra à l’avionneur européen de s’installer sur les terres de Boeing et de profiter au mieux du marché américain, le premier mondial pour les monocouloirs qu’il estime à 4.600 appareils pour les 20 ans à venir. « C’est le bon moment pour Airbus pour se développer aux Etats-Unis », déclare Fabrice Brégier dans un communiqué. « Cette ligne d’assemblage nous rapproche de nos clients. » Les analystes soulignent que cette décision pourrait transformer le secteur américain de l’aéronautique et renforcer l’industrie dans la golfe du Mexique. Mais Boeing souligne que cette installation ne devrait pas détourner l’attention des subventions controversées perçues par Airbus en Europe. Les deux rivaux sont engagés dans le plus important différend commercial de l’histoire de l’Organisation mondiale du commerce, s’accusant mutuellement d’avoir reçu des milliards de dollars d’aides illégales. Le directeur commercial d’Airbus, John Leahy, a déclaré à Reuters que l’usine de Mobile devrait permettre à l’avionneur de gagner « plus que quelques points » de parts de marché sur Boeing. Il a ajouté qu’Airbus devrait être « largement devant » Boeing en termes de ventes de monocouloirs pour les années 2011 et 2012 combinées. EADS avait déjà envisagé dans le passé s’installer à Mobile dans le cadre d’un contrat de 35 milliards de dollars pour fournir des avions ravitailleurs à l’US Air Force, finalement confié l’an dernier à Boeing après bien des péripéties.

Tags: , , ,