Posts tagged ‘aviation d’affaires’

octobre 16th, 2013

Impact de l’aviation d’affaires

Le séminaire annuel du secteur aviation d’affaire de la DGAC vient de se tenir et nous livre grâce à la Fédération Nationale de l’Aviation Marchande quelques chiffres clefs sur le secteur de l’aviation d’affaires. Cette réflexion lancée en 2011 pour évaluer les impacts socio-économiques de l’aviation générale et d’affaires en France arrive maintenant à son terme après un travail de fourmi, notamment pour faire remonter les informations de la base. La démarche est certes perfectible, la science économique imparfaite et les données, éparses, ardues à collecter. Mais les ordres de grandeur sont là ! Ainsi on bénéficie d’une première estimation de l’aviation d’affaires en France. l’aviation générale totalise près de 1,9 millions d’heures de vol par an, regroupe 8.100 aéronefs (toutes catégories) immatriculés en France, pèse pour plus de 2 Md€ de production cumulée et 9 650 emplois directs. « Les impacts économiques totaux sont estimés à plus de 4 Md€ et 20 900 emplois, la plupart en région, attachés aux territoires », précise la présidente. Au-delà des chiffres, l’étude s’est aussi attachée à présenter les différentes composantes de l’aviation générale et d’affaires, de la grande diversité des aéronefs aux différents acteurs (aérodromes, sociétés, pilotes-propriétaires, écoles, aéro-clubs, etc). Le deuxième axe tend à garantir la viabilité économique des activités, « en promouvant une meilleure visibilité du secteur, de ses impacts socio-économiques, auprès du grand public, des décideurs et des politiques, en soutenant, au juste poids de ses retombées dans les territoires, un secteur d’activité à l’importance sous-estimée et en harmonisant les dispositions fiscales pour éviter les distorsions de concurrence par rapport aux opérateurs étrangers présents sur le territoire ». C’est donc un impact considérable sur le secteur aérien, puisque l’on parle d’un impact économique de plus de 4 milliards d’euros, 10.000 emplois directs, 21.000 indirects. Voilà ce que représente aujourd’hui l’aviation générale en France. L’aviation générale, c’est-à-dire, celle qui exclut le transport commercial et le domaine militaire, mais dont le champ d’action est étendu, du pilote d’ULM à l’opérateur de jets privés, à l’aéroclub, en passant par les ateliers de maintenance ou les écoles de pilotage. Face aux menaces qui pèsent sur les aérodromes et face à des enjeux réglementaires complexes, cette enquête de la Fédération Nationale de l’Aviation Marchande n’est pas anodine. Si elle souhaite peser à la table des négociations, l’aviation générale doit s’affirmer, montrer qu’elle existe. Si vous souhaitez en savoir plus, allez sur Agence Séminaire qui organise les tables rondes.