Posts tagged ‘avion de chasse’

décembre 19th, 2013

Formation de la chasse

J’ai fais une formation ‘avion de chasse’ pour en apprendre plus sur le fonctionnement d’un avion à réaction, et particulièrement vivre un baptême en avion. Ce stage a été fait afin de pouvoir faire un baptême sur le starfighter dans la stratosphère. J’ai de temps en temps espéré faire un baptême exceptionnel, donc quand cette occasion s’est matérialisée, j’ai de suite accepté, en dépit du prix. Outre le vol qui est merveilleux, j’ai apprécié également en apprendre un peu plus sur la mécanique de l’avion, en particulier sur les moteurs. A partir des grandes vitesses- autour des 800 km à l’heure -, le rendement des propulseurs à pistons usuels se réduit de manière rapide. Pour parvenir et dépasser la vélocité du son, on est passé aux moteurs à réaction, dont le fondement est comme celui de la fusée. Ne comprenant plus de pistons ni de bielles en mouvement oscillant, de tels turbines, de ce fait mécaniquement schématisés, permettent de maximiser considérablement la poussée que fournie la subite expulsion des gaz brûlés et, partant, la vitesse; les ébranlements sont aussi par ailleurs éliminées. On en compte de plusieurs types. Les turbo réacteurs sont composés d’un compresseur, d’une salle de combustion (où l’oxygène de l’air aspiré par le propulseur consume le kérosène et d’une turbine à gaz. L’hélice demeure employée dans le propulseur, analogue au turboréacteur, mais dans celui-ci le moteur traine, en addition du compacteur, une hélice propulsante. Alors, la conséquence directe par les gaz sortis ne cause qu’un faible ajout de force à la pression donnée par l’hélice. Le stato réacteur ne comporte aucun élément mouvante. Le stato réacteur ne renferme ainsi pas de compresseur. A cause de cette absence, le trafic d’oxygène évolue de manière proportionnel à l’allure de vol et, le flow, et ainsi la pression, sont nuls d’où la nécessité de doter ainsi l’avion d’un propulseur additionnel pour le take-off et l’atterrissage, ce qui a mené à la notion du post combustion. Un vol en aéronef est une opportunité extraordinaire à décrire à vos proches, qui pourront profiter de vos photos prises lors de cette journée unique. Si cela vous intéresse, allez sur ce site qui propose de faire un baptême en avion de chasse.

mars 18th, 2013

Red Flag 2013

Red Flag 2013 est lancé, et c’est bien. L’évènement que de nombreux pilotes de chasse attendent – Red Flag – vient d’être lancé par l’escadron des Tigres – 8 avions de chasse F-16 Fighting Falcon – pour une mission aérienne d’une journée et d’une nuit. Red Flag est un évènement annuel ou parfois tous les deux ans, qui dure environ 3 à 6 semaines et qui est un exercice militaire aérien impliquant plusieurs pays alliés et se déroulant à partir de la base aérienne de Nellis, dans le désert du Nevada aux États-Unis. L’attrait de cet évènement est de pouvoir faire travailler les forces armées alliées ensemble, et en grandeur réelle. Certaines missions se veulent très réalistes, notamment par l’utilisation de munitions réelles pour certains bombardements. Cet exercice est donc très attendu par un grand nombre de pilotes de chasse de part le monde qui vont ainsi se retrouver aux USA pour cet exercice militaire. Outre l’aspect entrainement et formation, Red Flag offre la possibilité aux armées de mettre en pratique des stratégies aériennes d’attaque et de défense, y compris logistique et ou de secours aérien. L’évènement donne la chance aux pilotes de pouvoir travailler ensemble, mais aussi de pouvoir s’affronter sur des stratégies aériennes, et également de pouvoir mesurer la puissance des avions de chasse et autres appareils les uns contre les autres. Mais la raison première est avant tout la formation et la coordination des armées ensemble. La mission de Red Flag est d’améliorer la préparation et les chances de survie au combat des participants en créant un environnement d’entraînement aussi réaliste que possible, ainsi qu’un forum qui encourage l’échange d’idée librement. Pour arriver à cela, les unités de combat US et alliées s’impliquent dans des scénarios d’entraînement au combat conçus et encadrés minutieusement dans le complexe de Nellis. Ce complexe est situé au nord-ouest de Las Vegas, Nevada, et couvre une surface de 60 x 100 milles nautiques, soit environ 100 x 180 km soit à peu près la moitié d’un pays comme la Suisse. Cet espace permet à l’exercice de se dérouler à très grande échelle. Source : Avion de chasse.

juillet 4th, 2012

Le Typhoon pour Oman

Le groupe de défense britannique BAE Systems est sur le point de conclure avec le sultanat d’Oman un accord de vente portant sur 12 avions de combat Typhoon du consortium européen Eurofighter, a-t-on appris mardi de sources proches du dossier. Les analystes estiment que la valeur d’un accord avec Oman sur l’Eurofighter pourrait atteindre 2 milliards de dollars (1,59 milliard d’euros). « BAE et Oman sont proches d’un accord portant sur 12 Eurofighter », a dit à Reuters l’une des sources. D’après une source, BAE se tient également prêt à fournir jusqu’à 60 Eurofighter aux Emirats arabes unis si les négociations entre Abou Dhabi et Dassault sur le Rafale venaient à échouer. Les Emirats devaient finaliser l’année dernière un accord représentant 10 milliards de dollars avec le groupe Dassault, mais les discussions ont coincé après que les acquéreurs eurent estimé que l’accord n’était pas compétitif. Le consortium Eurofighter, dont BAE fait partie, a de son côté échoué à convaincre l’Inde en début d’année. Le pays a « sélectionné » le Rafale de Dassault et ouvert des négociations exclusives pour un contrat de 126 chasseurs qui marquerait la première vente à l’exportation de cet avion lancé il y a plus de 20 ans. Eurofighter a depuis fait savoir qu’il disposait d’une offre amendée en cas d’échec de celle de Dassault. BAE a signé en mai un accord de 1,6 milliard de livres avec l’Arabie saoudite destiné à fournir des chasseurs jets qui permettront aux pilotes de s’entraîner à voler sur les appareils commandés au groupe britannique. (Rhys Jones, Natalie Huet et Nicolas Delame pour le service français)