Un nouveau marché énorme et fascinant a émergé de la technologie des drones et des programmes alimentés par drones. Les examens des études ont estimé que le marché mondial des drones atteindra rapidement plus de 10 milliards de dollars. En Inde, différents professionnels ont estimé que les possibilités du marché pourraient rapidement dépasser des milliers de crores. Les drones peuvent révolutionner l’agriculture et aider de manière significative à atteindre l’objectif de doubler les revenus des agriculteurs. Ils peuvent être utilisés pour étudier les élevages via une imagerie professionnelle, et proposer des interventions adaptées. Ils pourraient aider les agriculteurs à réduire leurs coûts d’intrants grâce à une agriculture de précision en appliquant des engrais et des pesticides coûteux uniquement lorsque cela est nécessaire. Ils peuvent également être utilisés par les compagnies d’assurance pour surveiller et évaluer rapidement par voie électronique le degré de dommages aux cultures. Une autre section d’opportunité est le commerce électronique. La livraison et le ramassage de produits par drones peuvent ajouter une dimension supplémentaire en augmentant la viabilité de nombreux commerces. L’assistance à la livraison par drone nécessitera la mise en place d’installations logistiques entièrement nouvelles. Des cas d’utilisation nouveaux, pratiques et socialement utiles comme l’expédition de médicaments, voire de sang, peuvent être rendus possibles par les drones. Un certain nombre de ces cas d’utilisation apparaîtront au fur et à mesure que les règles se développeront. De la production de drones Make in India au service des clients et des entreprises indiens, les drones créeront de nouveaux emplois professionnels ainsi que des pilotes de drones, des superviseurs de visiteurs d’atmosphère électronique, des opérateurs de quai de drones, des gestionnaires de flotte, des fabricants de drones, des ingénieurs de maintenance, de réparation et de révision (MRO), ainsi que d’autres. Les règles de la feuille de route politique et réglementaire jouent un rôle essentiel dans la création et la formation de nouveaux marchés. Une partie essentielle de la procédure de création de principe réglementaire, en particulier dans le cas de nouvelles technologies en évolution rapide, consisterait à autoriser des zones sécurisées pour l’expérimentation. Depuis le 1er décembre 2018, le ministère de l’Aviation civile a pris en compte son nouveau plan sur les véhicules aériens sans pilote (UAV) et a annoncé DigitalSky, un système de gestion du trafic sans pilote (UTM). Ces règles ont déjà été développées méthodiquement et soigneusement pour garantir que nous sommes en mesure d’établir un écosystème de drones au sommet de la planète. Pour cela, nous avons cherché à formuler des règles sur les drones qui permettraient, avec des mesures de sécurité appropriées, leur application industrielle. La planification de ces réglementations sur les drones à travers une nécessité de l’aviation civile prend plusieurs années simplement parce que : Les technologies des drones ont déjà évolué rapidement. De nombreux pays continuent d’expérimenter leurs règles sur les drones et aucune spécification mondiale de l’aviation civile n’a encore été élaborée. Et l’atmosphère de sécurité de l’Inde nécessite des mesures de sécurité supplémentaires. Plutôt que de simplement numériser une procédure papier pour l’inscription et l’exploitation des drones, nous avons prévu une procédure entièrement électronique pour autoriser les vols aériens de drones. Le système DigitalSky est vraiment le premier système UTM à l’échelle nationale en son genre qui implémente « pas d’autorisation, pas de décollage » (NPNT). Les utilisateurs seront invités à effectuer un enregistrement unique de leurs drones, pilotes et propriétaires. Pour chaque vol (exonéré pour le groupe nano), les clients devront demander l’autorisation de voler sur l’application mobile. Un processus automatisé permettra alors éventuellement d’autoriser ou de rejeter la demande de manière actuellement liée. Pour éviter les vols aériens non autorisés et aussi pour assurer la sécurité publique, un drone sans permis numérique ne pourra sûrement pas décoller. L’UTM fonctionne comme un régulateur du trafic au sein de l’espace aérien des drones et se coordonne étroitement avec les contrôleurs aériens (ATC) de la défense et de l’atmosphère civile pour s’assurer que les drones restent sur les trajectoires de vol autorisées. Les technologies apportent avec elles de nouvelles difficultés. Avec les drones, la vie privée, la sécurité et la sûreté sont 3 défis importants qui doivent être relevés. Le développement de la politique indienne en matière de drones a bénéficié de plusieurs engagements de parties prenantes, avec l’industrie et les agences de protection, ainsi que plusieurs démonstrations de gestion de la protection des drones. Les spécifications et les solutions continuent d’évoluer, de sorte que la structure de la politique devra être dynamique et itérative. Les règles actuelles doivent donc être considérées comme des réglementations sur les drones 1. Le monde pour une telle technologie émergente est de niveau ; les écosystèmes basés sur la technologie sont mondiaux et non locaux. Les nouvelles technologies offrent la possibilité de développer un nouveau groupe de spécifications qui, si elles sont définies au niveau mondial, offrent une vaste portée de normalisation et aident à concentrer les efforts d’étude et de développement. Avec nos nouvelles règles Drone 1., l’Inde peut prendre les devants en travaillant avec les régulateurs et les joueurs professionnels du monde entier. Nous avons également évalué si nous sommes en mesure (comme la Worldwide Solar power Alliance) d’établir une Worldwide Drone Alliance. L’Inde est déjà sur la bonne voie pour examiner ses règles Drone 2. qui pourraient éventuellement autoriser les charges utiles, les procédures de visibilité directe (BVLOS) et l’autonomie (essaims de drones, ce qui signifie qu’un aviateur est préparé pour plusieurs drones en même temps). Ces nouvelles réglementations peuvent ouvrir de nombreux nouveaux cas d’utilisation tels que, par exemple, le déplacement d’organes corporels à travers les hôpitaux via des « couloirs verts » dans l’atmosphère.